Dans la composition, chaque plante est une couleur, une forme, une ligne ou un dégradé. Mais les végétaux ont cette particularité de changer d’aspect avec le temps. Jamais figé, toujours en mouvement, le jardin vertical est une oeuvre que la nature dessine.

Le peintre tente de figer le mouvement dans une tentative de capter l’infini ; Da Vinci a fait du sourire de Mona Lisa un instant éternel. Le jardinier quant à lui, laisse la nature faire son oeuvre. Il propose simplement un cadre, quelques formes vaguement esquissées, et une palette de couleurs car il sait que le temps seul donnera corps à sa réalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

field markup opt-in field markup

Loading quick view