+33 (0) 952 720 727

D’ou vient la sphaigne? Pourquoi ses propriétés sont-elles aussi uniques? Lorsque l’on cherche à cultiver sur différents substrats, on ne peut passer à côté de cette matière organique tout à fait exceptionnelle. Sa très grande rétention en eau, ses propriétés antiseptiques et antifongiques, sa longévité et sa résistance à la dégradation font de la sphaigne une matière aux multiples utilisations : toiture végétale, mur végétalisé, culture hydroponique, … ou encore couches et serviettes hygiéniques.

Le milieu naturel des tourbières

La sphaigne se forme dans les tourbières. Ces milieux écologiques se caractérisent par une très forte concentration en matière organique non décomposée. Le sol étant gorgé d’eau toute l’année, et les températures basses, la dégradation des végétaux est fortement ralentie voire quasi nulle. Les tourbières à sphaigne sont des milieux où l’acidité du sol est très élevée (PH 4) et auto-entretenue ; un facteur qui contribue aussi à limiter la dégradation de la matière organique.

origine-sphaigne-tourbiere

Cette accumulation de sphaigne et de divers végétaux forme la tourbe blonde qui se tasse au fil des ans jusqu’à présenter l’apparence qu’on lui connait. On parle alors de « turfigenèse », un processus par lequel la sphaigne entre autre, crée un milieu qui lui est directement favorable.

Il n’y a pas que les végétaux dont la dégradation est ralentie. Des corps et des structures humaines sont aussi retrouvés en parfait état de conservation, ce qui fait le bonheur des archéologues. En témoigne, le visage de l’homme de Tollund dont le corps est resté prisonnier de la tourbe pendant 23 siècles.

1024px-Tollundmannen - copie

Pour les scientifiques, la tourbe est aussi une formidable source de connaissance du monde végétal. Les pollens et les graines qui s’y déposent depuis des millénaires sont conservés et leur étude permet de retracer l’histoire de la végétation et son évolution.

Les propriétés de la sphaigne

A la différence de la tourbe, (terre végétale compactée), la sphaigne vendue dans le commerce est une bryophyte (mousse) récoltée vivante dans son milieu naturel. Son utilisation comme substrat horticole, notamment pour les murs végétaux permet de concevoir des systèmes de culture très innovants et moins gourmands en eau.

sphaigne-pour-mur-vegetal

. La capacité de rétention en eau de la sphaigne est prodigieuse. L’espèce Sphagnum cristatum originaire du chili, peut capter jusqu’à 20 fois son poids en eau.

. Le pouvoir anti-bactérien et antifongique fait de la sphaigne une alliée précieuse pour l’horticulteur qui souhaite travailler avec un substrat limitant les pathologies végétales. (Avant les années 50 et particulèrement pendant la première guerre mondiale, elle a même été utilisée comme bandage antiseptique pour panser les plaies.)

. Un autre point fort de la sphaigne est sa propension à favoriser la croissance du sytème racinaire grâce à sa texture très aérée. La plante y puise l’eau et les éléments dont elle a besoin.

. Enfin, sa grande longévité par rapport autres substrats existants (terreau, tourbe,) permet une utilisation sur la durée et/ou une réutilisation.

Ce substrat possède donc énormément d’avantages, particulièrement pour la réalisation des murs végétaux.

L’île de Chiloé  : vers une exploitation écologique de la sphaigne.

Sphaigne-du-Chili-

Contrairement à l’exploitation de la tourbe qui menace les milieux naturels humides et contribue au rejet du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, la production de sphaigne, dont la principale réserve se situe sur l’Ile de Chiloé a un impact limité sur l’environnement. Récoltée à la main, seule une partie vivante de la plante est prélevée afin de lui laisser le soin de se régénérer. Toutefois, le bilan carbone s’alourdit lorsque l’on prend en compte les milliers de kilomètres que la sphaigne doit parcourir avant d’être vendue en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

field markup opt-in field markup

Loading quick view