+33 (0) 952 720 727

Une solution nutritive efficace contribue grandement à la réussite d’un mur végétal. Sans apport de sels minéraux, les plantes se développeront peu et mal et seront plus sensibles aux maladies et aux ravageurs.
Avec les techniques de culture de type hydroponique ou aeroponique, la chimie de l’eau est d’autant plus importante que le substrat est régulièrement lessivé par les arrosages fréquents et ne retient donc pas les fertilisants comme le ferait, par exemple, une terre argileuse dans le jardin.
Les engrais doivent donc être intégrés à l’eau d’arrosage pour irriguer en continu les racines.

En se basant sur les besoins des plantes, l’idée est donc de recréer ex nihilo dans le bac de rétention ce que les agronomes appellent la solution du sol, naturellement présente au sein du complexe argilo-humique (la terre).

Les Engrais

Il existe trois sels minéraux véritablement indispensables à la bonne croissance des plantes. Ce cocktail appelé NPK (Azote, Phosphore, Potassium) forme un ensemble de valeurs dont le ratio doit être adapté aux besoins des plantes en fonction des espèces, (fleurs, fruits, feuilles) ou des différentes phases végétatives, (germination, plantation, floraison, etc.)

engrais mur végétal

Pour les murs végétaux, on recommande un engrais “plantes vertes” c’est à dire un engrais relativement équilibré avec un ratio NPK de type 6-5-6 ou 3-3-3. Si votre mur comprend un grand nombre d’espèces à fleur, il peut être intéressant d’utiliser un engrais complémentaire riche en potasse de type 3-6-7.

Avant l’ajout d’engrais, une vérification peut être opérée au moyen d’un testeur ppm (compter entre 30 et 50 euros).
Il faut aussi prendre en compte le niveau du bac. Moins il y a d’eau, plus la concentration risque d’être importante. Si l’eau de pluie est généralement pure, l’eau du robinet, en revanche, contient des éléments dissous qui peuvent fausser quelque peu les indications du testeur. En général, l’eau distribuée tourne autour de 0,25 ppm. (part par million)

Malheureusement, le testeur ne donne qu’une simple idée de la concentration générale des minéraux. Il n’est en effet pas possible de savoir quel élément en particulier (N P ou K) est présent dans la solution. C’est pourquoi, une vidange du bac de rétention est régulièrement nécessaire pour repartir sur de bonnes bases avec un nouveau mélange bien équilibré.

tab3

Une trop forte concentration d’engrais est bien sûr préjudiciable pour le bon développement des végétaux. On n’obtient pas de belles plantes en augmentant les doses mais en élaborant un mélange équilibré et en surveillant l’alchimie entre la lumière, l’arrosage et la solution nutritive.

tab2

Par exemple, si votre mur est faiblement éclairé, il est conseillé de baisser la concentration d’engrais.
Si votre mur vient d’être planté, un surdosage peut entraîner des brûlures au niveau des racines.

Les Oligo-élements

D’autres minéraux interviennent dans le processus de végétation des plantes. Les oligoéléments comprennent entre autre, le magnésium, le cuivre, le fer, le zinc, le bore, le manganèse, etc.

Toujours en faible quantité, ils ont néanmoins chacun leur rôle et contribue au bon équilibre nutritionnel des végétaux.

Les Activateurs

A la plantation du mur végétal, il est recommandé dans un premier temps de favoriser l’expansion du système racinaire. Il existe des solutions prêtes à l’emploi comme des activateurs de système racinaire qui combinent certains types d’éléments minéraux, des acides foliques, acides aminés, et des vitamines B1, B2.

Si le mur végétal intègre beaucoup d’espèces à fleur, il peut être intéressant d’ajouter à la solution nutritive un activateur de floraison.

Le PH

Après la dissolution des engrais, il est conseillé de vérifier au moyen d’un testeur, le PH de l’eau utilisée pour l’arrosage du mur végétal. (l’ajout d’engrais a tendance à acidifier le mélange)

Généralement, les plantes d’intérieur ne supportent pas le calcaire qui augmente le PH et bloque l’assimilation de certains minéraux. (la fameuse chlorose qui provoque une décoloration des feuilles)

compter entre 30 et 50 euros pour un testeur PH

L’eau de pluie avec un PH aux alentours de 6, une absence de calcaire, et une absence de sels minéraux et de produits de traitement (type chlore) convient bien à la nature majoritairement acidophile ou neutrophile des végétaux d’intérieur et permet, en outre, un meilleur ajustage des engrais.

Si vous utilisez l’eau parfois dure du robinet (entre 7 et 8,5), un ajustement du PH est souvent nécessaire. Pour cela, il existe des correcteurs de PH (PH – en l’occurence) ou des solutions prêtes à l’emploi disponibles dans les magasins spécialisés.

On peut aussi utiliser de l’eau osmosée évidemment. Le PH est neutre et aucun sel n’est présent.

L’assimilation des engrais est optimum dans une solution se situant entre 6 et 6,5 de PH.

Température

En hydroponie, la technique utilisée pour le mur végétal, la température idéale se situe entre 18 et 22°C. Soit plus ou moins la température ambiante de nos intérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

field markup opt-in field markup

Loading quick view