+33 (0) 952 720 727

Jardiner en intérieur, de même qu’entretenir des murs végétaux impose certaines contraintes. Lorsque nous sommes confrontés à des pathologies végétales, maladies ou ravageurs, les réponses classiques qui font appel à la lutte chimique ne sont pas envisageables. En tant qu’entreprise éco-responsable qui fait le vœu d’intégrer la nature au cœur de notre quotidien, Neogarden doit trouver sans cesse des solutions innovantes à la fois efficaces et sans risque sanitaire pour les utilisateurs et l’entourage.

Le jardin vertical intérieur comme écosystème à part entière

La finalité de notre activité se résume à la volonté de créer ex-nihilo un micro écosystème viable et autonome au sein de nos intérieurs, au travail, à la maison, au restaurant ou dans les magasins. Le mur végétal est sans conteste l’organisation qui offre le plus de possibilités dans ce domaine. En culture hydroponique ou aquaponique, les besoins de végétaux en terme de lumière, d’eau et de nutriments essentiels, sont pris en compte et forment le pivot sur lequel s’appuie l’installation de nos systèmes.
orchidees-mur-vegetal

Comme dans tout écosystème, il arrive que, spontanément, des formes de vie apparaissent. Celles-ci ne sont pas toujours bienvenues. Ainsi nous avons à traiter avec les principaux parasites d’intérieur tels que les acariens, les cochenilles farineuses, les pucerons noirs, les champignons microscopiques, les aleurodes etc.

Il y a donc lutte.

La lutte chimique

Ces solutions inadaptées et dangereuses pour l’environnement vont réellement à contre-courant de l’objectif de notre entreprise et de notre société dans son ensemble. L’utilisation de pesticides dans nos intérieurs est définitivement à proscrire. La démarche de Neogarden s’inscrit dans le projet  “Zéro phyto”, une proposition de loi adoptée par l’assemblée nationale qui vise, au sein des collectivités, la réduction et, à terme, la suppression de tous les produits phytosanitaires.

La lutte biologique et la PBI (protection biologique intégrée) chez Neogarden

La PBI doit se comprendre comme un ensemble cohérent de mesures préventives et de luttes biologiques adapté à une culture spécifique et aux problèmes de ravageurs qui y sont liés.

cryptolaemus_montrouzieri_mur_vegetal

20px

On ne cherche pas à tout prix à éradiquer le parasite mais à réguler sa population à un niveau acceptable. Pour les exploitations agricoles, ce niveau sera déterminé par rapport à des critères de production et de rentabilité. Pour les entreprises du paysage, ce sera sur la base de critères subjectifs ayant trait à l’esthétique des aménagements.

Concrètement, pour Neogarden, la mise en place d’une PBI pour les murs végétaux passe tout d’abord par :

A. Une bonne reconnaissance des maladies et des ravageurs

Une équipe de professionnels formés saura plus rapidement réagir face à un problème de culture et prendre les précautions qui s’imposent au lieu de traiter à l’aveugle en utilisant par exemple des produits de type « polysect », un insecticide multi-usage.

B. Des mesures prophylactiques simples

. Nettoyage et désinfection des outils de travail entre chaque entretien.

. Port de gants pour les murs végétaux dits « sensibles »

. Destruction des parties végétales touchées

C. Des méthodes de lutte biologique en cas d’infection caractérisée

. Le bassinage de la partie aérienne des végétaux grâce à la pulvérisation d’un produit naturel aux propriétés lavantes, « Bioshower », composé de sels de potassium et d’acides gras. (sans danger pour les plantes ou l’environnement et potentiellement mortel pour les insectes)

. Le piégeage hormonal, (des cartons colorés suspendus attirent et piègent les mâles ou les femelles grâce une hormone de synthèse)

. Le lâcher d’auxiliaires de culture, généralement des prédateurs naturels aux parasites. (exemple de cryptolaemus, une coccinelle prédatrice de la cochenille farineuse)

cryptolaemus-mur-vegetalL’ensemble de ces mesures qui font appel au génie végétale d’une manière générale permet à Neogarden une grande souplesse et une réactivité face aux éventuels problèmes de culture sur les murs végétaux.

En  nous inscrivant dans une démarche de limitation de l’emploi des produits phytopharmaceutiques, nous prenons en considération le souhait de nos clients à vouloir vivre avec la nature et non contre elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

field markup opt-in field markup

Loading quick view