+33 (0) 952 720 727

Si vous souhaitez admirer un mur végétal éclatant de santé en permanence, alors l’ajout d’engrais est nécessaire de manière quasi-systématique. Pourquoi ? Quelle solution nutritive choisir ? Nous vous expliquons tout dans cet article, qui complète notre dossier sur l’arrosage d’un mur végétalisé.

Comme les humains, les plantes ont besoin de vitamines, de nutriments et d’oligo-éléments. Généralement, elles les trouvent dans la terre. Comme un mur végétalisé fonctionne en hydroponie, sans terre, il est indispensable que les végétaux trouvent ces minéraux ailleurs. Il n’y a pas 36 solutions : ce sera dans l’eau.

Si vous utilisez l’eau de pluie, celle-ci contient naturellement peu de minéraux. Si votre installation est branchée à l’eau de ville, celle-ci contient certes des minéraux, mais pas forcément ceux dont la plante a besoin !

Les plantes ont principalement besoin d’azote, de phosphore et de potassium. Il s’agit du fameux mélange NPK. Elles apprécient également d’autres éléments en plus petites quantités (cuivre, fer, calcium, soufre, etc.).

Le plus simple et le plus efficace consiste donc à ajouter dans l’eau d’irrigation de votre mur végétal une solution d’engrais toute prête et adaptée aux plantes le constituant. Le nec-plus-ultra : utiliser de l’eau de pluie ainsi qu’une solution nutritive en quantité adaptée.

Quel engrais choisir ?

Le premier principe à retenir est qu’il vous faut utiliser un engrais liquide. C’est ce qu’on appelle aussi une solution nutritive. En effet, en culture hydroponique, les minéraux et oligo-éléments s’ajoutent directement dans l’eau d’arrosage. A l’inverse, en pleine terre, on peut choisir de mettre les nutriments dans l’eau (par exemple le « thé de ver » issu d’un lombricomposteur), ou bien dans la terre elle-même (granulés, compost, etc.).

Le fait de se limiter à l’engrais liquide restreint les choix de fertilisants pour votre mur végétal. N’envisagez surtout pas, par exemple, d’ajouter du crottin de cheval ou du terreau enrichi dans le bac d’arrosage ! Si cela fonctionne bien en pleine terre, ici cela ne ferait que boucher les tuyaux d’irrigation et abîmer tout le système.

Dans la même idée, il faut toujours choisir un engrais stabilisé chimiquement. Tout ce qui est vivant (micro-organismes) va continuer à grandir et risque d’endommager le circuit d’irrigation. N’oubliez pas que les goutteurs (tuyaux percés délivrant l’eau en goutte-à-goutte) sont très fragile. C’est aussi ce qui coûte le plus cher sur votre mur végétal, donc vous n’avez pas envie d’en changer tous les six mois !

Aquaponie : l’engrais naturel idéal pour un mur végétal

Si vous voulez un mur végétal 100% écolo, orientez-vous vers la solution de l’aquaponie. Il s’agit de transformer le bac d’arrosage en… aquarium ! C’est en fait très simple, et c’est d’ailleurs comme ça que Patrick Blanc, l’inventeur du mur végétal moderne, a commencé dans sa chambre.

Les poissons transforment les débris végétaux en engrais et leurs déjections fertilisent l’eau. Pensez tout de même à les nourrir régulièrement, car ils risquent d’avoir un peu faim s’ils se contentent des brindilles tombant des plantes du mur végétalisé.

C’est le principe du mur végétal QUIOZK, proposé en location longue durée aux entreprises.

En bref

La fertilisation d’un mur végétal n’est pas obligatoire. Par contre, il faut alors accepter qu’il puisse ne pas être au top en permanence ! Si vous souhaitez qu’il soit resplendissant 365 jours par an, utilisez un engrais liquide adapté ou, encore mieux, transformez le bac d’arrosage en aquarium (ce qui n’est possible que pour un circuit d’irrigation fermé).

Pour en savoir plus sur l’arrosage des murs végétalisés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

field markup opt-in field markup

© La Fabrique du Mur Vegetal | Le jardin d'en face
Loading quick view