+33 (0) 952 720 727

Les plantes sont comme nous, elles ont besoin d’un apport régulier en minéraux pour bien grandir. Ni trop, ni trop peu. Une solution nutritive est un concentré, aussi appelé engrais, que l’on ajoute dans l’eau d’arrosage en culture hydroponique.

De quels minéraux les plantes ont-elles besoin ? Comment savoir si le dosage est adapté ? Peut-on faire de l’hydroponie sans solution nutritive ?

Schéma culture hydroponique

L’eau, la clé de la solution nutritive

L’eau est LE facteur indispensable à toute forme de vie, plantes y compris. Chez les végétaux, elle sert à transporter les nutriments, qui sont absorbés par les racines. C’est pourquoi l’on dit qu’une bonne eau est l’élément-clé pour réussir une culture hydroponique.

D’ailleurs, le mot hydroponie vient du grec ponos (« le travail » ou « l’effort) et hydr- (« l’eau »). En effet, afin de cultiver une plante sur un substrat neutre et inerte (feutre, sable, billes d’argiles, etc.), il est nécessaire de parfaitement maîtriser son arrosage, et par là donc son apport en minéraux.

Vous avez déjà arrosé vos plantes avec l’eau du robinet sans penser à mal ? Vous n’êtes pas le seul. Pourtant, l’eau de ville peut s’avérer plus ou moins bonne. En particulier, le chlore est particulièrement néfaste pour le monde végétal car il empêche l’assimilation du potassium, du calcium et du magnésium.

L’idéal en hydroponie consiste à irriguer le substrat avec de l’eau pure (osmosée, distillée, ou de l’eau de pluie) à laquelle on a ajouté de la solution nutritive. En effet, c’est ainsi que les plantes reçoivent exactement ce dont elles besoin. Cela permet d’éviter les carences, les surdosages, mais aussi la stagnation des sels minéraux non assimilables par les plantes.

NPK, le trio de choc

Ces trois macronutriments constituent la base de tout engrais ou solution nutritive, y compris un engrais biologique. Il s’agit de l’azote (N), du phosphore (P) et du potassium (K).

Azote

L’azote intervient dans la croissance et le métabolisme de la plante. Elle la rend forte et en bonne santé. Les plantes vertes de nos intérieurs sont particulièrement sensibles à une carence en azote. Celle-ci peut être due à un excès d’arrosage (le plus fréquent), ou à l’excès d’un autre nutriment. Quand elle manque d’azote, la plante voit sa croissance retardée ou arrêtée, et les feuilles anciennes jaunissent puis tombent.

Phosphore

Le phosphore stimule les racines et facilite la photosynthèse. Grâce à lui, les nutriments sont bien distribués dans toute la plante, ce qui lui permet de fleurir et de produire des fruits. En cas de carence, qui touche surtout les plantes à fleurs, la plante reste petite, raide, avec des feuilles qui prennent une teinte foncée sur les pointes. Le froid et l’humidité constituent des facteurs aggravants.

Potassium

Le potassium facilite le contrôle et l’utilisation efficace de l’eau par la plante. Il joue aussi le rôle de régulateur de plusieurs fonctions vitales : résistance aux maladies, au froid et à la sécheresse, photosynthèse, régulation de l’évapotranspiration… La carence en potassium se manifeste par un port mou, des feuilles dont la bordure brunit, voire se crispe.

PH et EC, à quoi ça sert ?

Le pH mesure le degré d’acidité du substrat. Bien régulé, il permet une assimilation optimale des nutriments par les racines. En culture hydroponique, le substrat utilisé est plus acide que la terre. De plus, les solutions nutritives et engrais employés tendent également à augmenter l’acidité. Il est donc important de veiller à ce que le pH de l’eau d’arrosage ne descende pas en-dessous de 5,6 en croissance et en-dessous de 6 en période de floraison. Cela se mesure avec un pH mètre.

L’électro-conductivité (EC) mesure la concentration de sels minéraux dissous dans l’eau. L’EC doit donc augmenter lorsque les besoins nutritifs de la plante sont plus forts (notamment pendant la floraison). Une EC trop élevée indique un excès de sels nutritifs au niveau des racines. Il faut alors améliorer le drainage et réguler la solution nutritive, en la diluant par exemple à de l’eau osmosée plutôt qu’à de l’eau du robinet.

Et si on essayait l’hydroponie facile à la maison ?

Vous n’avez pas de pH mètre ni de testeur EC ? Cela ne vous empêche pas d’essayer la culture hydroponique chez vous. A condition, bien sûr, que le rendement ne soit pas votre objectif premier ! Une méthode très simple consiste à utiliser une plaque de polystyrène posée sur un bac d’eau. Solution facile, ludique et peu chère, l’expérience ravira les enfants.

Plus technologique tout en restant très accessible aux débutants, le potager d’intérieur connecté permet de faire pousser des plantes aromatiques en intérieur sans difficulté, selon un système hydroponique.

Pour aller plus loin, pourquoi ne pas tenter le mur végétal ? Les plantes poussent sur du feutre, lui-même agrafé sur une structure fixée au mur. Un bac d’eau est placé sous la structure, et une pompe fait remonter l’eau tout en haut. Celle-ci irrigue ensuite le feutre en goutte-à-goutte. Au passage, elle récupère les débris végétaux qui sont ensuite dégradés dans le bac et transformés en nutriments. Très esthétique, le mur végétalisé permet également de profiter des bienfaits des plantes vertes avec un entretien réduit. Pas besoin d’avoir la main verte !

En bref

La solution nutritive est « l’aliment » de la plante cultivée en hydroponie, puisqu’elle ne peut en trouver dans la terre. On peut se contenter des nutriments, ou sels minéraux, contenus dans l’eau du robinet. Toutefois, pour une floraison et une croissance optimales, le mieux est d’utiliser de l’eau pure à laquelle on dilue une solution nutritive particulière, adaptée au stade de croissance.

Pour en savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

field markup opt-in field markup

Loading quick view